A Language Learner's Forum Film Club 2015

Practice your target languages here.
User avatar
Via Diva
Green Belt
Posts: 262
Joined: Sat Jul 18, 2015 12:11 pm
Location: somewhere around Moscow
Languages: Russian (N), English (~C1), German (~B1)
Wanderlust/abandoned: Czech, Swedish, Italian, Modern Greek, Esperanto, French, Dutch, Finnish
Hit-list (?): Icelandic, Hungarian, Sanskrit
Language Log: viewtopic.php?f=15&t=929
x 393
Contact:

Re: A Language Learner's Forum Film Club 2015

Postby Via Diva » Mon Feb 15, 2016 5:07 pm

Phoenix(2014)

Image
Erkennst du mich?

So you'd think it's your usual Holocaust movie, a Jewish woman who survived being in Auschwitz has serious facial wounds and has to undergo major facial surgery, and even though she asked the doctor to not change her appearance, she still ends up with her face changed quite a bit...
Since from now on a train of spoilers follows, I'll try to use German.

Nelly Lenz liebt ihren Mann, und sie weißt nur, dass er auch zwei Tagen vor ihr verhaftet war. Sie hat etwa Geld geerbt und das hilft ihr mir dem Überleben. Also sie will eigentlich nach ihren Mann suchen, aber ihre Freundin Lene hat ihm schon getroffen, als er versuchte, Nellys Geld zu kriegen. Sie findet auch aus, dass Johannes Nelly in der Tag, an dem sie verhaftet war, geschieden hat. Also Lene versucht Nelly zu überzeugen, nach Palästina mit ihr fahren, weit von Deutschland und den Spüren des Kriegs. Nelly geht aber Abends aus und sucht nach Johannes (wem sie nennt Johnny) in Restaurants, vielleicht spielt er da Piano, wie vorher, vielleicht, wird sie mit ihm wieder singen, wie vorher. Endlich sieht sie Johnny in einer Bar "Phoenix", er spielt aber kein Klavier, nur arbeitet als ein Kellner oder so was. Zuerst erkennt er sie nicht, sogar wenn sie nach ihm mit "Johnny!" ruft. Endlich aber geht er zu ihr, und bietet ihr an Hilfe. Sie muss einfach seine tote Frau spielen, um ihr Geld zu kriegen. Und sie entscheidet, es zu machen.

Zuerst wollte ich einfach alles zu schreiben, was da passierte, aber ich kann nur sagen, dass ich am Ende viel geweint habe. Es ist kein 10/10, um ehrlich zu sein, aber für mich stimmt es. Das Ende ist ja eigentlich nicht genau klar, und ich weiß, das in Europa es oft ein Problem ist, aber das stört mich auch nicht.
1 x

Montmorency
Blue Belt
Posts: 935
Joined: Tue Oct 06, 2015 3:01 pm
Location: Oxfordshire, UK
Languages: English (Native)
Maintaining: German (active skills lapsed somewhat).
Studying: Welsh (advanced beginner/intermediate);
Re-started: Norwegian ("false" beginner (?))
Back-burner: Spanish (intermediate) Danish (beginner).

Have studied: Latin, French, Italian, Dutch; OT Hebrew (briefly) NT Greek (briefly); Norwegian (superficially).
Language Log: viewtopic.php?f=15&t=1429
x 902

For Those who have access to BBC TV (broadcast or iPlayer): "Beck" (Swedish with English s/t)

Postby Montmorency » Sat Jul 16, 2016 6:41 pm

For Those who have access to BBC TV (broadcast or iPlayer): "Beck" (Swedish with English s/t)

BBC4 Saturday 16th July 2016 21:00 BST (and then available for up to 28 days via iPlayer).

Tonight:
The Japanese Painting
Beck

Martin Beck gets a phone call from his German colleague Hans Sperling, who is in Stockholm for an art auction. Sperling was interested in a Japanese erotic painting but was outbid by a woman who was later found dead in his hotel, and he needs Beck's help. Beck investigates the murder, together with his team and Sperling, which leads them into a dark world of art fraud.

In Swedish and German with English subtitles.


edit: forgot the link(s):

http://www.bbc.co.uk/programmes/b07lnnjq

http://www.bbc.co.uk/programmes/b06chqn8
0 x

User avatar
Jean-Luc
White Belt
Posts: 41
Joined: Tue Feb 28, 2017 9:12 am
Location: Europe
Languages: French (N), English & German (C), Italien & Spanish (B), Russian (A) Chinese & others (beginner)
x 31
Contact:

Re: A Language Learner's Forum Film Club 2015

Postby Jean-Luc » Sun Feb 03, 2019 7:15 am

Mes séries préférées chinoises et coréennes sur Netfix ou Viki:

Le descriptif est issu de Viki mais l'avis est le mien!

Médecin légiste : Docteur Qin (Chine)

Personne ne peut supporter de travailler avec lui mais il excelle dans son travail. Qin Ming (Zhang Ruo Yun) est un médecin légiste excentrique qui a une façon particulière de faire les choses.

Un polar excellent, des personnages étonnants et la visite de la Chine urbaine profonde.

Ever night (Chine)

Ning Que (Chen Fei Yu) est l’unique survivant du régime du général Lin Guang Yuan qui s’est imposé des suites d’une attaque brutale et calculée contre un autre dangereux général.

Une épopée de 60 épisodes haletants avec de magnifiques paysages, de la magie qui s’embrase, des combats du feu de dieux, des personnages attachants, des empereurs, princesses et leurs décors de palais magnifiques. Des trahisons érigées en oeuvre d’art où il est parfois difficile de différencier le mal du bien. Revue deux fois dans la foulée et la saison deux semble être en route…

Masters-sun (Corée)

Le soleil du maître. Joo Joong Won est un PDG ambitieux et froid, qui mesure toutes les relations humaines par l’argent. Tae Gong Sil est une assistante sensible qui souffre d’insomnie à cause de son aptitude à voir les fantômes, acquise après un accident.

Bataille d’entrepreneurs, secret de famille et deux personnages impossibles dont l’un s’occupe de fantômes. On s’inquiète de la santé mentale des scénaristes…

Madame Antoine (Corée)

Une femme attentive pourra-t-elle déjouer un psychothérapeute ? Go Hye Rim (Han Ye Seul) gère la café Madame Antoine au rez-de-chaussé d’un immeuble qui loge aussi une clinique célèbre de psychothérapie. Hye Rim utilise son intelligence et son intuition pour servir de conseillère au psychothérapeute.

Une comédie relevée et charmante, combat entre rationalité et sensibilité. Beau comme un camion! On parle même un peu français…

Princess’agents (Chine)

Durant l’époque anarchique de la Dynastie Wei du Nord, d’innocents citoyens ont été enlevés et réduits en esclavage.Chu Qiao (Zhao Li Ying) est l’une de ces malheureuses personnes, réduite en esclavage puis jetée dans les bois pour servir de cible de chasse à de riches seigneurs. Yan Xun (Dou Xiao), le prince du Yan du Nord, sauve Chu Qiao.

Une histoire de services secrets avec une femme héroine. Brutal et prenant dans une Chine ancienne pleine de fureurs. Épique.

Une fille canon (Chine)

Guan Xiao Di (Dilraba Dilmurat) est une jeune femme rebelle. La voie traditionnelle, à savoir poursuivre des études et une carrière sans saveur, ne l’a jamais intéressée. Lorsqu’elle tombe par hasard sur un centre de formation de gardes du corps, sa vie ne sera plus jamais la même.

Un bon film d’action. Belmondo n’a que se tenir.

Quand un escargot s’éprend (Chine)

Poursuivre des criminels est-il plus aisé que de tomber amoureux ? Ji Bai (Wang Kai) est un agent de police de renom. Avec son partenaire Xu Xu (Wang Zi Wen), une profiler criminelle débutante, ils forment un duo étrange aux yeux de leur entourage.

Un polar bien ficelé et plein d’action. Titre typique des traductions à la con des titres de films asiatiques qui vous font généralement fuir. Restez.

Gobelin (Corée)

Est-ce mieux de vivre éternellement ou de finalement pouvoir mourir ? Kim Shin (Gong Yoo) est un général décoré de la dynastie Goryeo trahi par le roi jaloux qu’il sert.

Un grand classique qui se passe à l’époque moderne… Caractéristique d’un imaginaire que l’on ne sait plus faire en France depuis Mèlies. Ambiance décalée et mystérieuse.

Sans issue (Corée)

Est-ce qu’un groupe de nouveaux détectives réussira à protéger les gens du quartier riche Gangnam à Séoul contre les nombreux crimes?

On s’attache très vite aux personnages perdus dans leurs débuts dans la police et perpétuellement sous le joug d’une intrigue pesante. Tranches de vie sociale aussi…

La couleur d’une femme (Corée)

Deux femmes qui travaillant dans une entreprise de cosmétiques veulent aller de l’avant grâce à des moyens très différents. So Ra veut utiliser son doctorat et travailler dur pour réussir dans sa carrière. Quant à sa colocataire Jin Joo veut utiliser sa beauté et ses charmes charismatiques pour accrocher un travail facile et avoir un mari.

Drames d’entreprise à rebondissement avec rectangle amoureux. Même pas honte de regarder! Un concentré de désirs à la coréenne et deux copines sympas mais si différentes. Style enlevé.

Panda et hérisson (Corée)

Pan Da Yang est aussi gentille et adorable que son nom l’indique. Elle est propriétaire d’une pâtisserie nommée « Panda Café ». Elle engage un nouveau pâtissier; Ko Seung Ji; dont le nom ressemble à « hérisson » qui correspond bien à son caractère.

Super attachant avec une guerre des gâteaux, une intrigue économique, des amours contrariés, des copines et un truc de secret de famille béton comme on en fait plus en France.

Birdie Buddy (Corée)

Raconte l’histoire d’un ancien joueur de golf pro, John Lee ses deux protégées qu’il entraîne à devenir les prochaines reines du golf. John Lee est devenu le premier coréen à gagner un titre PGA. Ses origines sont un mystère excepté sauf qu’il est adopté. Hormis le golf, il excelle aussi en Capoeira – un art martial/danse brésilien.

Un thème plus international traité à la coréenne. Pas un chef d’oeuvre mais distrayant (ici c’est la balle qui est à tomber). Et puis ça change des sujets à la K-pop ou du Kimchi mais avec toujours du tee…

La fille qui voit les odeurs (Corée)

Deux individus liés par un horrible événement se retrouvent à travailler ensemble pour résoudre cette affaire. Choi Moo Gak (Park Yoochun) a perdu sa jeune soeur, Eun Seol (Kim So Hyun), lors d’un massacre appelé « les meurtres aux codes barres ». Dévasté par son chagrin, Moo Gak devient policier pour essayer d’arrêter le coupable qui est toujours en cavale. Il a aussi perdu ses sens suite à la tragédie et est incapable de ressentir la douleur d’une tasse d’eau brûlante et se blesse souvent. Il rencontre Oh Cho Rim (Shin Se Kyung), une jeune femme qui a survécu à l’événement mais qui a perdu la mémoire et a acquis la capacité particulière de visualiser les odeurs.

À l’énoncé, on sait déjà que c’est un film coréen…Un truc de pouvoir impensable et délicat sans les gros sabots sauce américaine. Original avec amours au programme et de terribles actes criminels. Un secret de famille bien torché est aussi de la fête.

Classique immortel (Corée)

Un livre de recette secret pour faire un excellent Kimchi a été légué de génération en génération dans une famille pendant une centaine d’années. Le propriétaire actuel des recettes, Park Gye Hang, est l’un des plus grands cuisiniers de plats traditionnels en Corée.

Cette série est un thème récurrent en Corée, celui des traditions et de la dévotion à la bouffe, ici le Kimchi (dont l’attirance reste pour moi occidental ne vivant pas en Corée un mystère insondable dont la simple vue de la préparation me fait fuir encore plus loin). Mais le film est très bon, lui.

Shopping King Louie (Corée)

On peut avoir tous les privilèges et se sentir bien seul. Kang Ji Sung (Seo In Guk) est l’unique héritier du conglomérat chaebol de sa grand-mère depuis le décès de ses parents dans un tragique accident lorsqu’il était enfant. Il est élevé aux États-Unis sous l’identité de Louie par une grand-mère surprotectrice, coupé du monde extérieur et sans véritables amis.

Film d’entreprise avec ses fameux ingrédients made in Corée only où l’improbable ne fait pas bon ménage avec votre rationalité toute française. Surtout, surtout ne pas partir dans l’analyse sous peine de pétage de plomb.

Oh My Ghostess (Corée)

Est-ce la meilleure façon d’aller dans l’au-delà ? Na Bong Sun (Park Bo Young) est une femme timide et pleine de douleur qui travaille comme chef adjointe au Sun Restaurant. Elle a un faible, en secret, pour le célèbre chef Kang Sun Woo (Jo Jung Suk), mais n’a pas le courage de passer à l’acte. Mais Bong Sun à la capacité de voir les fantômes, en partie car sa grand-mère est shaman.

Drôle. Un fantôme vierge qui souhaite le faire avant de disparaître définitivement. Il n’y a qu’en Corée qu’on peut faire un film pareil…

Do Bong Soon (Corée)

Une force de la nature. Elle n’est certainement pas une femme ordinaire. Do Bong Soon (Park Bo Young) est une femme qui possède une force herculéenne.

Impayable. Un mélange de drôlerie et de polar sordide aussi inconnu en dehors de la Corée du sud.

Le Guerrier Baek Dong Soo (Corée)

Cette histoire se déroule durant la dynastie Joseon pendant le règne du roi Jeongjo; relatant le destin du héros Baek Dong-soo qui a révolutionné les arts martiaux au sein du royaume.

Ceux qui aiment les duels seront aux anges (comme les victimes) Entre sectes d’assassins, tueurs impériaux et autres querelles de pouvoirs, la naissance et révélation d’un guerrier très mal parti. On ajoute les ingrédients classiques amours, secrets de famille et bromances. Ça découpe sec dans les bagarres…

Bad guys (Corée)

Le commissaire Nam qui vient de perdre son fils tué par un tueur en série propose à l’officier Oh Goo Tak (Kim Sang Joong) de monter une équipe spéciale composée de criminels pour poursuivre d’autres criminels dangereux. Pour former son équipe Oh Goo Tak fait alors sortir de prison trois condamnés.

Type les salopards, ce film fait preuve d’une grande originalité avec un scénario pas bipolaire comme ceux d’Hollywood.Ça cogne et ça bouge et sans effet de cascades fumeuses.

L’amour du thé (Chine)

Une jeune femme aime l’art du thé. En grandissant, Du Xin Yu (Pan Zhi Lin) n’a pas le droit de toucher au thé à cause de la mort tragique de son père. Mais après avoir vu une émission du maître de thé, l’amour du thé de Xin Yu est ravivé et elle s’infiltre au jardin de Zhuo Qing pour prendre l’examen de qualification afin de devenir le disciple d’Afei. Alors que Xin Yu travaille fort pour se prouver, elle tombe amoureuse du fils aîné du président du jardin de thé, Tang Zheng Hao (Zhu Zi Yao), qui y travaille aussi.

La tradition et un film plus calme dans la cogne mais pas dans celles des intrigues et coups bas, une toute les demi-heures… L’histoire d’une passion, le thé, plus forte que tout.

L'article complet https://labdeslangues.blog/2019/01/10/20-series-coreennes-et-chinoises-a-tomber/
Attachments
ever.jpg
ever.jpg (34.06 KiB) Viewed 198 times
2 x


Return to “Multilingual Room”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest